L’Abeille et la Chouette : Quand Artémis rencontre Athéna…

Bientôt le domaine de la Chouette bourdonnera telle une ruche !

Les idées, rencontres, ateliers, stages et autres créativités y foisonneront. Les participants venant de toutes les directions pourront butiner les fines fleurs de l’Art et de la Nature dans ce lieu privilégié découvrant les parfums de l’échange, de l’entraide et de la collaboration.

Chaque moment inoubliable écrit, vécu et créé ensemble, nés dans les cœurs comme un nectar du futur, pourra rayonner vers le monde qui en a bien besoin. Goutant aux fruits des multiples créativités inspirées par les muses comme aux différents miels offerts par les butineuses du domaine, il est fort à parier que l’humanité ira beaucoup mieux !

La reine des abeilles est une amie de la Chouette. Toutes deux accompagnent de grandes inspiratrices célestes auxquelles il est bon de se relier pour qui aspire à transformer le monde et les consciences. Et l’organisation de la ruche est une source d’émerveillement et d’inspiration pour tous ses partenaires. Pourquoi ?

Parce que les abeilles ont une conception altruiste de la vie. La ruche est le symbole d’une société qui fonctionne en harmonie grâce à l’activité continue et persévérante de ses membres. Le but de chaque abeille est la survie et la prospérité de l’ensemble de la colonie.

Une abeille individualiste, ça n’existe pas !

Chacune d’elle, au cours d’une vie bien remplie qui dure 45 jours, va évoluer, changer de rôle et participer à toutes les tâches nécessaires au bon équilibre de la ruche. Elles s’activent quotidiennement afin de réaliser et de produire ce qu’il y a de meilleur pour le groupe et en cas de problème, toutes les abeilles sont concernées parce que la colonie toute entière est en danger.

Ainsi devrait-il en être de notre conception du monde, depuis le partage des ressources jusqu’au partage des savoirs et des talents. La Terre serait alors un grand rucher au service d’une reine : Dame Nature ? Athéna ou Artémis ou Vénus, la reine des Muses ?

Dans nos sociétés, il existe un type d’organisation assez similaire à celle d’une ruche : la sociocratie.

Ce modèle de gouvernance partagée, choisi par les membres fondateurs du domaine de la Chouette, s’appuie sur l’intelligence collective au service d’objectifs communs et la co-responsabilité des acteurs. Dans une posture de confiance, la structure fonctionne grâce à un certains nombres de cercles chargés de la prise de décisions stratégiques et opérationnelles.

De nombreuses civilisations ont associé l’abeille au labeur, à l’abondance, à la protection et même à l’immortalité et la résurrection. Chez les égyptiens, l’abeille est née des larmes de Ré, le dieu du Soleil. En Grèce, elle apparait sur la ceinture d’Artémis, maitresse de la nature sauvage et initiatrice des jeunes filles. Tandis que les chrétiens du moyen-âge voyaient en elle une parcelle de l’intelligence divine. Aujourd’hui nous savons que la survie de l’humanité toute entière est intimement liée à l’activité de pollinisation des abeilles et la menace qui pèse sur leur existence pèse aussi sur notre futur.

Un dernier petit clin d’œil : parmi les nombreux talents d « Apis mellifera » (nom de l’abeille européenne), celui de la communication est assez unique.

C’est une sorte de danse qui combine orientation, fréquence et vitesse des battements d’ailes. C’est ainsi que cette exploratrice hors pair sait indiquer précisément à ses sœurs un emplacement propice… Surement qu’elles le font pour indiquer où se trouve le domaine de la Chouette. Surement que nous pourrions nous en inspirer pour faire de même !

Nathalie Hilt

Nat’Alias 21 Aout 2020

LIRE les autres articles